Le Patrimoine .COM

  [ Accueil ] [ Retour à l'article ]

Le mythe de la spéculation
http://www.lepatrimoine.com/article.php3?id_article=131
CRISE GRECQUE ;SPÉCULATION ;BCE;EURO ;BOURSE;CHUTE DES COURS ;

samedi 8 mai 2010

Le mythe de la spéculation...

1-Le problème des spéculateurs n'est qu'un problème périphérique de la crise.

Un spéculateur, qu'est-ce-que c'est ? C'est quelqu'un qui sachant qu'il va pleuvoir, va essayer d'acheter des parapluies pour les vendre plus cher. Ce n'est donc ni de sa faute s'il pleut, ni de sa faute si les acheteurs de parapluies augmentent. Ils ne font ni la météo ni les demandes auprès des gens qui vont se faire mouiller, d'acheter des parapluies.

L'explication de la crise grecque par la spéculation, c'est l'explication à laquelle on a envie de croire, afin de faire l'économie (sans mauvais jeu de mots) du problème. On ne devrait jamais laisser penser cela aux opinions publiques. (Sans doute qu' un certain populisme en fait son fonds de commerce)

2-La résistance de Jean Claude Trichet à faire baisser les taux d'intérêt ?

Il ne faudrait pas croire que de ne pas avoir assez baissé les taux d'intérêt "est fait pour créer de la dette". Le problème de la Grèce, de l'Espagne , du Portugal est lié au fait que ces pays n'ont pas les moyens de rembourser leur dette, (trop de dépenses publiques, comme les 13e et 14e mois des fonctionnaires grecs ?) et que les banques ne prennent donc pas le risque de leur prêter de l'argent. Même si les taux d'intérêt de la BCE étaient encore plus bas, les banques ne prêteraient toujours pas d'argent à ces pays.

Ce n'est pas la BCE qui a fait la crise grecque, et non plus les agences de notations et les spéculateurs. Le spéculateur achète des assurances pour les gens qui ont de la dette, il joue en aval et non en amont. Si la Grèce ne peut rembourser, c'est qu'elle n'a pas les rentrées fiscales qui lui permettent de rembourser. Ne confondons pas tout ! Pointer du bout des doigts, le problème des spéculateurs c'est regarder le bout des doigts.

Il faut rappeler aussi à ceux qui accusent la BCE de ne pas baisser les taux d'intérêt "pour amplifier la dette de ces pays", que ces taux sont déjà très bas, de l'ordre de 1%, c'est-à dire inférieurs à l'inflation !

La Grèce doit payer les 9 milliards d'ici le 19 mai et ne les a pas !

3-L'instabilité des places monétaires est due à la différence de reprise entre l'UE et les USA et l'Asie.

En fait, c'est parce que cette reprise semble plus franche qu'en Europe (même si elle reste artificielle).

Philippe Dessertine, agrégé en Sciences de Gestion, Docteur habilité à diriger des recherches, professeur de finance et de gestion. Directeur du Centre d'Etudes et de Recherches sur les Organisations et la Stratégie à l'Université Paris X . Directeur de l'Institut de haute finance. Il est aussi professeur a l'Université Bordeaux IV (Montesquieu). Spécialiste de l'économie et de la finance, il est l'auteur d'ouvrages et d'articles sur le sujet (journal Libération). C'est un spécialiste de l'information financière. En 2009, il a été membre de la Commission du Grand Emprunt présidée par Alain Juppé et Michel Rocard Il est aussi professeur à l'ENSAE où il donne un cours sur les nouvelles normes comptables et au Master GDO (Gestion et Dynamique des Organisations) qui porte les sceaux de l'Ecole des Mines et de l'Université Paris Ouest Nanterre La Défense et est également cohabilité de l'Escp-Europe et l'Ecole Polytechnique.

Bibliographie [modifier] •Comptabilité, Pearson education ; Lormont : E-node, 2004, avec la coll.de Patrick Provillard

•Le Nouveau marché : rencontre de l'entreprise familiale et de la logique boursière

•Ceci n'est pas une crise : (Juste la fin d'un monde) , Éditions Anne Carrière, 2009

•Le monde s'en va en guerre (ne sait qu'en reviendra), Éditions Anne Carrière, 2010.


[ Accueil ] [ Retour à l'article ] [ Haut ]
 

Vous pouvez afficher les news sur votre site
Copyright © Le Patrimoine .COM


| Plan du site |